Soutirer à la répétition quelque chose de nouveau, lui soutirer la différence, tel est le rôle de l´imagination ou de l´esprit qui contemple. 
 
Gilles Deleuze, Différence et répétition
Screen Shot 2020-05-27 at 20.57.50.png
Lucrecia Pittaro
Série Les papiers mains 
Triptyque #1
3 lés raccordés
65cm x 150cm
2019
Screen Shot 2020-05-27 at 20.12.57.png
Screen Shot 2020-05-27 at 20.16.29.png
Lucrecia Pittaro
Série Les papiers mains 
Triptyque #2
3 lés raccordés
65cm x 150cm
2019
Screen Shot 2020-05-27 at 19.52.50.png
Screen Shot 2020-05-27 at 19.52.59.png
Lucrecia Pittaro
Série Les papiers mains 
Triptyque #3
3 lés raccordés
65cm x 150cm
2020
Screen Shot 2020-05-27 at 20.34.38.png
Screen Shot 2020-05-27 at 20.40.32.png
Série Les papiers mains 
Triptyque #4
3 lés raccordés
65cm x 150cm
2020
Screen-Shot-2021-01-19-at-16.52.58.jpg
Screen-Shot-2021-01-19-at-16.52.34.jpg
To follow up the evolution of this project
Pour suivre l'evolution de ce projet
 
Untitled-1.png
5.jpg
© Javier Tles
La Peau is an ongoing project that explores the concept of the mask considered as a body, as a cave and the skin, as nature's mask.
 
Each portrait is built on the leftovers of multiple faces and patterns. Having leather as its support, the surface is no longer rigid and fluctuates according to their own weight and flexibility. 
 
The effect is information overload, balanced with a kind of spontaneous order, where the sculptural quality of the leather allows us to sense what's hiding behind or inside the mask.
 
The reification of the face is considered as a mimic bumper that acts as a natural defense against the fact of living among strangers. The skin as camouflage. The face interrupted. The surface as protection. 
 

 

La Peau est un projet en cours qui explore le concept du masque considéré comme un corps, une cave et la peau, comme le masque de la nature.

 

Chaque portrait est conçu à partir des résidus de multiples visages et motifs. Le cuir servant de support, la surface n´est plus rigide et fluctue selon son poids et sa flexibilité.

 

L´effet est celui d’une surcharge d´information, équilibrée par un certain ordre spontané où la qualité sculpturale du cuir nous permet d´apercevoir ce qui se cache derrière ou à l´intérieur du masque. 

 

La réification du visage est considérée comme un pare-choc mimique, agissant telle une défense naturelle face au fait de vivre parmi des inconnus. La peau comme camouflage. Le visage interrompu. La surface comme protection.

Untitled-2.jpg
© Javier Tles
18.jpg
© Javier Tles
16.jpg
© Javier Tles
 METAL Magazine editorial, September 2021

Full interview & editorial
featuring "La Peau" cick HERE
 LA PEAU #1
Acrylic, studs and fake fur back side on leather
255cm x 210cm
2017
 LA PEAU #2
Acrylic, glitter and space blanket back side on leather
240cm x 200cm
2017
 LA PEAU #3
Acrylic and glitter on leather
132cm x 150cm
2017
 LA PEAU #4
Acrylic, glitter, studs and fake fur back side on leather
88cm x 92cm
2017
 LA PEAU #5
Acrylic, glitter, studs and fake fur back side on leather
78cm x 82cm
2017
DETAILS
40.jpg
IMG_5143.JPG
41.jpg
La Peau, COVER TO SHOW
Photo shoot of installation at Ivry-Sur-Seine, 2018
 
 
La Peau, LA SÉRIGRAPHIE CONTREFAÇON
N•1 _ N•2 _ N•3 _ N•4
4 motifs différents 
5 exemplaires de chaque
46cm x 61cm, acrylique et glitter sur papier Arches 300g, 2018

Good evening, Mrs Owl! We've come to ask you for the red, white and black stockings. Today is the snakes' ball and we're sure if we wear those stockings, the coral snakes will fall in love with us.

– With pleasure! –answered the owl –I'll be right back.

And she flew away leaving the flamingos by themselves; and returned after a while carrying the stockings, which were not really stockings but beautiful coral snakes' skin of some she had just hunted.

– Here you are –she said to them. – Don't worry about anything, just one thing: dance all night, you should never stop dancing, dance on the side, on your heads, the way you want; but never stop dancing, for if you do, you'll be crying instead of dancing.

Horacio Quiroga, The flamingos' stockings

As Quiroga razes and chops images of the jungle linked only to Life and Death, Píttaro without proposing a similar thematic anchor, apprehends that state of alert where the skin mutates and where the beings overflow mouths of desire.

This small quote does not pretend to frame a body of work that has no defined boundaries but to sensibly refer to a more or less human beasts’ universe.

 

Devoured surfaces that escape the moment, not resisting, but insisting.

Non-stop tribal fury. Facial apocalypse.

Temporary theft, chromatic shards that make the eyelids tremble

Plain present, desecration without masks.

The visuals proposed break into all eye sensitivity, appear as shrapnel, as emotional remnants of something that has already happened. There is a transgressed temporal dimension, a perpetuated duration, an edge in the representation already abandoned, a flat insistence of foretelling volumes that, as Braque said, "fatigue the truth."

 

There is intentional distortion between the sight and the touch. Such distortion leads to a language somewhere in between an already consumed pop advertising register and performance references related to Giusseppe Campuzano and Leigh Bowery, among others. Fauvist fractions wander around leaving behind all kind of support, becoming the cloth of the missing body.

The jungle appears not as a spacial landscape but as striving dimension, dreaming of skin; banality that bites.

The action takes place in the excess that already crossed the line to become surface in a state of alert. In those hidden and transvestied limits that hide indiscreet beasts. It´s a wide zone to wonder about without any masks on, on the edge that breathes from the stomach.

Turquesa Topper

Director of the Fashion and Textile Department

at Universidad Argentina de la Empresa  (UADE)

– Bonsoir, chouette ! Nous venons te demander les bas rouges, blancs et noirs. Ce soir c’est le grand bal des vipères et si nous mettons ces bas, les vipères de corail vont tomber amoureuses de nous.

– Très volontiers ! répondit la chouette. Attendez une seconde, je reviens tout de suite. Et s’envolant, elle laissa seuls les flamants ; un instant plus tard, elle revint avec les bas. Mais en fait ce n’étaient pas des bas, c’étaient des peaux de vipères de corail ; de très jolies peaux récemment arrachées aux vipères que la chouette avait chassées.

– Voici les bas, leur dit la chouette. Ne vous préoccupez de rien si ce n’est que d’une chose : dansez toute la nuit, dansez sans cesse, dansez sur le côté, sur le bec, sur la tête, comme vous voulez ; mais ne vous arrêtez pas un instant, parce que si vous ne dansez plus, alors vous pleurerez.

Horacio Quiroga, Les bas des flamants

De même que Quiroga ravage et élague des images de la forêt n’ayant de liens qu’avec la Vie et la Mort, Pittaro, sans se proposer le moindre ancrage thématique similaire, appréhende cet état d’alerte où la peau mute, où les êtres laissent déborder leurs bouches désirantes.

La courte citation ne prétend pas encadrer une œuvre dépourvue de bords définis mais se référer de façon sensible à un univers de bêtes plus ou moins humaines.

 

Plans dévorés qui échappent à l’instant, qui résistent plus qu’ils n’insistent.

Furie tribale sans repos. Apocalypse facial.

Larcin temporel, éclats chromatiques qui font trembler les paupières.

Pur présent,

Profanation sans masques.

 

Les visions se proposent comme des irruptions dans la sensibilité oculaire, elles apparaissent comme des éclats, les résidus émotionnels de quelque chose ayant déjà eu lieu. Il y a une dimension temporelle transgressée, une duration se perpétuant, un bord abandonné dans la représentation, la plate insistance de volumes que l’on devine et qui, comme le dirait Braque,

« épuisent la vérité ».

 

Apparaît ainsi une certaine distorsion intentionnelle entre sens de la vue et sens du toucher ; une distorsion autorisant un langage entre. Entre un registre d’appropriations publicitaires d’une pop déjà consommée, celui de références performatives liées à Giusseppe Campuzano et Leigh Bowery parmi d’autres et celui d’images aux passages fauvistes qui déambulent accompagnées pour abandonner tout support et se faire les vêtements d’une corporalité encore absente.

La jungle apparaît non comme paysage dans l’espace mais comme dimension en lutte, rêvant encore la peau ; une banalité mordante.

L’action a lieu là, dans ce débordement ayant injurié les lignes pour mieux se savoir surface vigilante, dans ces confins de limites travesties, camouflant des bêtes indiscrètes.

Il s’agit alors d’une zone à l’ample étroitesse, déambulant sans masques sur un abîme qui respire agité depuis l’estomac.

Turquesa Topper

Directrice du departement Mode et Textil

à l´Universidad Argentina de la Empresa  (UADE)

 
 
 L.A. SESSIONS #2
SOUR PUNCH
Gouache and acrylic on paper
120cm x 90cm
2014
DETAIL
L.A. SESSIONS #2
CRUNCH LOOK
Gouache and acrylic on paper
120cm x 90cm
2014
DETAIL
En résidence à la Générale, Lucrecia Píttaro et Rebeca Sanchez Castro profitent de l’espace de la Manufacture pour organiser une exposition. Ensemble, elles ont travaillé sur leurs thèmes et obsessions de prédilection  – les anges du baroque péruvien, le dessin anatomique, le Pop Art, le voguing- pour un rendu des plus fous. Leur idée ? Une création sortant de son cadre, soit un ex-voto géant envahissant, travestissant le lieu comme la plus psychédélique des tenues de Liberace.  

Mixant les papiers de bonbons et les vanités de Rebeca avec les couleurs et le dessin « imprimé » de Lucrecia, elles se laissent aller à une accumulation d’informations pour le plus grand bonheur des fans de kitsch et autres bondieuseries ; et arrivent à destination quelque part entre le Caravage et Priscilla, folle du désert.

Œuvre destinée à évoluer durant la durée de l’exposition, L.A. SESSIONS (rappelant à la fois les initiales de la ville des anges et les séances de travail) invite les artistes qui le souhaitent à apporter leur contribution au projet.

Plus qu’un simple accrochage,  L.A. SESSIONS est une véritable invitation à l’hallucination, une fête, et même une chanson. A vous d’en choisir l’auteur : Cher, Queen, ou Earth Wind and Fire ?
 
Anaïs Delcroix
DETAIL
L.A. SESSIONS #1
SAINT BÉRANGER
Gouache and acrylic on paper
115cm x 75cm
2013
DETAIL
L.A. SESSIONS #1
SAINT LIBERACE
Gouache and acrylic on paper
115cm x 75cm
2013
DETAIL
L.A. SESSIONS #1
SAINT FIZZER
Gouache and acrylic on paper
115cm x 75cm
2013
 
LE FAUX PAS
N.1
Gouache and acrylic on paper
115cm x 70cm
2012
LE FAUX PAS
N.3
Gouache and acrylic on paper
115cm x 70cm
2012
LE FAUX PAS
N.2
Gouache and acrylic on paper
115cm x 70cm
2012
LE FAUX PAS
N.4
Gouache and acrylic on paper
115cm x 70cm
2012